www.saintadrien.com
ENSEMBLE SCOLAIRE
Loading
https://ensemblescolaire.saintadrien-lasalle.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/choeurs en avent- bandeaugk-is-87.jpglink
https://ensemblescolaire.saintadrien-lasalle.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/INSCRIPTION2019-2020gk-is-87.jpglink
https://ensemblescolaire.saintadrien-lasalle.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/bandeau abonnez vousgk-is-87.jpglink
https://ensemblescolaire.saintadrien-lasalle.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/slides_accueil.vacancesgk-is-87.jpglink
https://ensemblescolaire.saintadrien-lasalle.fr/modules/mod_image_show_gk4/cache/.saintadrien-lasalle.fr.ensemblescolgk-is-87airelink

Le Programme ERASMUS +

Suivez les actualités liées au programme ERASMUS + à Saint Adrien La Salle

 
Saint Adrien La Salle a été sélectionné pour la réalisation d'un projet européen de 2018 à 2021 dans le cadre du dispositif « ERAMUS + ».
 
L’objectif de ce projet est de permettre à quelques-uns de nos jeunes de réaliser un court-métrage sur le thème de l'identité européenne en partenariat avec le Centre national des Arts Contemporains Le FRESNOY à Tourcoing, La participation des élèves volontaires et retenus par l’établissement engagera chacune et chacun à des périodes de mobilité en France, en Belgique, en Espagne et aux Pays-Bas. Cette année seront concernés 9 élèves de Seconte et 9 élèves de 3ème.
 
Une réunion d’informations animée par Madame Bénédicte DESSEIN, coordinatrice à l'international, s'est tenue le mercredi 19 septembre 2018.
 
Téléchargez le document qui a été présenté aux familles.

 

Retour sur le Projet Erasmus + 2016-2018

En 2016, nous avons déposé notre candidature pour un construire à projet Erasmus + ( KA 1- mobilité des individus à des fins d’éducation et de formation/ mobilité du personnel de l’enseignement scolaire).

Notre proposition fut acceptée et nous nous sommes lancés pour deux ans dans un projet ambitieux : « Un nouvel élan pour notre établissement : améliorer notre proposition éducative. »

erasmus

Au total, quatorze personnes ont participé à ce dispositif qui s’inscrit dans la volonté d’ouverture internationale de l’établissement. Des enseignants de l'école primaire, du collège, du lycée mais également un cadre éducatif et le directeur du lycée sont ainsi partis à travers l’Europe dans le but de développer leurs compétences professionnelles mises au service de nos élèves et nourrir notre projet d’établissement.

1

Au sein de ce projet commun, chacun a eu l’opportunité de vivre une expérience unique correspondant à ses aspirations. Deux mobilités correspondaient à des observations de systèmes scolaires différents. En Italie, Chantal – enseignante de Français au collège - et Jean-Marc – conseiller principal d’éducation au lycée - se sont rendus dans une structure Montessori à Pérouse en Italie (retrouvez le bilan de leur visite ici) , Stéphanie dans une école londonienne et Véronique enseignante au primaire dans une école primaire et un collège en Suède.

Parfois l’observation s’est doublée d’une mission d’enseignement comme ce fut le cas pour Bénédicte – professeure d’espagnol au lycée - à San Ildefonso, lycée lasallien de Ténérife en Espagne. La découverte des systèmes éducatifs scandinaves a permis de développer ou créer des échanges scolaires pour les élèves de notre établissement tant en Norvège (Maryam et Christian respectivement professeurs d’histoire-géographie et d’anglais) qu’en Finlande (Cédric –directeur du Lycée et Aurélie – professeure d’anglais). Stéphanie quant à elle, a pu comparer son expérience du primaire avec la vie dans une école londonienne tout en perfectionnant sa maîtrise de la langue anglaise lors d’un stage de formation. C’était également l’un des objectifs de Caroline comme nous le verrons plus loin.

Régulièrement au cours de ces deux ans, l’équipe a pris le temps de se rencontrer pour partager ses découvertes, évaluer l’avancée du projet et ainsi pouvoir le faire évoluer. C’est ainsi que quatre autres collègues nous ont rejoints et partent cet été en Irlande, au Royaume-Uni et en Allemagne : 3 professeurs ont pu bénéficier d’une formation disciplinaire (DNL, robotique et pédagogie) et une dernière collègue va observer une école partenaire allemande : cette mobilité permettra de mettre en place un nouvel échange scolaire avec l’Allemagne pour l’année prochaine.

Témoignage de Caroline :

« Professeure d’histoire-géographie au lycée, j’enseigne en section européenne anglais depuis 2015. La proposition Erasmus + m’a intéressée car elle me permettait de me former sur les méthodes spécifiques à l’enseignement dans une langue étrangère, de développer encore ma maîtrise de l’anglais et de rencontrer d’autres enseignants. J’ai donc choisi de rejoindre l’équipe dans laquelle j’ai travaillé avec des collègues et avec lesquels je collabore régulièrement, mais également des enseignants du collège et de l’école primaire. Cela a, je pense, nourri la cohésion de tout l’établissement, ce qui n’est pas toujours aisé dans un grand groupe scolaire.

2

Au cours de l’année scolaire 2016-2017, j’ai suivi une dizaine d’heures de conversation en anglais avec l’une des assistantes de langues de l’établissement, incluses dans mon projet personnel Erasmus +. Au-delà de l’intérêt linguistique, ces rendez-vous réguliers m’ont permis d’être tout à fait prête pour la mobilité proprement dite.

Grâce au portail Gateway de l’Union européenne, j’ai trouvé relativement facilement la formation qui me convenait : 9 jours à Cheltenham, à l’est du Royaume-Uni en juillet 2017. Du lundi au samedi, notre participation active fut requise pendant les 6 heures quotidiennes d’ateliers : nous découvrions et appliquions différents types d’exercices et d’activités spécifiques à l’enseignement d’une DNL en anglais mais adaptables aux cours d’histoire-géographie en français. Nous avons également enrichi notre vocabulaire et travaillé notre prononciation. Ces ateliers furent aussi l’occasion de découvrir de nouvelles ressources numériques et de réfléchir à nos pratiques d’enseignement. Une semaine de travail intense mais dans la bonne humeur. Les week-ends et certains soirs de la semaine étaient réservés à des découvertes de la région : les villes de Cheltenham, Bath et Cardiff notamment. J’ai particulièrement apprécié la visite du Musée national de la Mine au Pays de Galles. Au-delà de mon intérêt personnel, j’y ai vu de nouvelles perspectives de sorties, d’échanges et de réflexion à l’échelle européenne pour mes classes dans notre région elle aussi marquée par le passé minier.

Nous logions en famille, une immersion qui est évidemment une grande chance dans un projet de formation en langues étrangères.

Je tire un bilan très positif de cette expérience. J’en sors confortée dans mes compétences et enrichie de nouvelles connaissances et méthodes. J’ai pu me poser pour réfléchir aux enjeux des disciplines que j’enseigne et, grâce aux échanges réguliers avec les autres collègues du projet, j’ai appris beaucoup sur les autres systèmes éducatifs européens. »

Témoignage d’Aurélie :

« Je suis partie pour Kémi en Finlande dans le but de découvrir le système éducatif finlandais qui figure parmi les pays les plus performants de l’OCDE grâce aux bons résultats de ses élèves aux tests PISA (onzième place du classement en Mathématiques, 5ème en sciences et en lecture ; largement devant la France qui se classe 26ème en mathématiques et en sciences et 19ème en lecture.)

ERASMUS 1

Le programme d’échange européen ERASMUS +/ mobilité individuelle m’ a offert l’opportunité d’essayer de comparer nos deux systèmes, de comprendre d’où vient ce succès de la Finlande en matière d’éducation mais aussi d’améliorer mes compétences linguistiques, professionnelles et de me sensibiliser à la culture finlandaise qui sont les objectifs principaux des expériences ERASMUS.

Cette semaine passée à Kemi fut une immersion dans le parcours d’un élève Finlandais de son entrée à l’école à son arrivée au lycée puisque nous avons visité trois établissements différents. J’ai pu observer la place et le rôle de chacun – enseignants, élèves, personnel éducatif avec parfois quelques surprises.

Ce qui étonne en arrivant dans les collèges finlandais c’est la diversité des matières enseignées. En parallèle des matières traditionnelles et académiques les élèves garçons comme filles reçoivent également une éducation beaucoup plus pratique que nos élèves. Ils découvrent de nombreuses activités manuelles telles que le crochet, le tricot, la couture, mais aussi le travail du bois de manière systématique. Les élèves qui sont dans leur septième année (year 7 = 13 ans, 4ème) ont trois heures hebdomaires et obligatoires de « Home Economics » : Art ménagers. Pendant ces cours, garçons et filles apprennent à réaliser les tâches ménagères : repassage, cuisine (cuisiner de manière saine et équilibrée), art de la table… Le but de ces cours est d’apprendre aux élèves à gérer le quotidien et peut-être aussi à travailler à davantage de parité dans la répartition des tâches ménagères mais aussi à sensibiliser les jeunes à l’hygiène et l’équilibre alimentaire.

Accueil des élèves à besoins spécifiques, prise en compte des difficultés.

L’accueil des élèves immigrants est bien encadré, les jeunes ou les enfants ne maitrisant pas la langue rejoignent d’abord des classes préparatoires en dehors de l’école leur permettant de maîtriser le finnois avant de pouvoir rejoindre les classes normales.

De la même manière, les adultes immigrants sont également pris en charge et se voient proposer des cours de Finnois mais aussi de maths et autres matières en cours du soir. Le lycée de Kémi offre ainsi tout un panel de cours du soir après les cours des lycéens.

Les élèves à besoins particuliers semblent être bien pris en charge : classes spéciales, professeurs spécialisés (ayant passé un diplôme spécifique) dans la prise en charge des élèves fragiles émotionnellement ou psychologiquement ou dans le soutien des élèves avec des troubles de l’apprentissage, plan spécifique d’accompagnement, un jeune (type AVS) est également présent à plein temps dans l’école pour aider ces élèves notamment dans la concentration en classe.

L’accueil des élèves à besoins spécifiques, des élèves handicapés, des élèves à faible potentiel se fait dans l’école soit au sein de classes spéciales, soit en inclusion avec un ‘AVS’. Ce qui est assez remarquable c’est que les objectifs en termes d’apprentissage sont fixés en fonction des capacités de chacun et que le principe d’inclusion dans l’école ne signifie pas forcément inclusion dans une classe, un modèle d’éducation. Il ne s’agit pas d’inclure à tout prix un élève et de lui imposer le rythme et les exigences des classes classiques qu’il ne serait pas forcément en mesure de satisfaire.

Rythme scolaire Les élèves finlandais commencent en général à 8 heures ou 9 heures pour terminer à 13h30 en primaire et au collège et à 15h45 maximum au lycée. Ce rythme permet aux élèves de mieux gérer leurs activités extra-scolaires, leur travail personnel (même si une élève franco-finlandaise ayant suivi une partie de son cursus dans un collège français nous confiait qu’il y avait bien moins de devoirs en Finlande.)

Ces rythmes hebdomadaires plus ‘digestes’ sont rendus possible par la journée continue : les élèves ont 30 minutes de pause méridienne et également par le fait que les vacances intermédiaires sont plus courtes d’une semaine. Les vacances d’été durent deux mois comme en France.

De petits effectifs … Un des atouts majeurs du système éducatif finlandais est le fait que la plupart des classes aient de petits effectifs…Dans la plupart des cours auxquels nous avons assisté, il y avait peu d’élèves dans les classes : environ une vingtaine maximum et ces classes étaient fréquemment redivisées en fonction des besoins des élèves.

Tout Schuss… L’apprentissage du ski nordique est obligatoire et montre l’attachement des habitants aux activités de plein air et à leur propre environnement. Les couloirs et salles de classes de Laponie sont donc jonchés de paires de ski, chaussettes de laine, combinaisons et autre matériel inattendu.

3

Ce fut une très belle semaine en Finlande pendant laquelle j’ai également appris à connaître mon homologue professeure de langue au lycée, Pirjo, qui nous avait réservé un accueil chaleureux. Parfaite ambassadrice de son pays, elle nous a également fait découvrir les environs et nous a sensibilisés à la culture finlandaise. Nous nous reverrons bientôt puisque dès l’année prochaine, nos élèves entrent dans la boucle et participeront à un échange entre nos établissements. En tant que professeure d’anglais, cet échange qui commence est également une grande source de satisfaction puisqu’il s’agit pour moi du cœur de notre métier : susciter l’envie d’apprendre et de communiquer dans une langue étrangère en partant à l’étranger. »

Forte de ces expériences nouvelles, l’équipe souhaite contribuer au dynamisme de la communauté éducative et espère pouvoir emmener nos élèves petits et grands dans un projet Erasmus + KA 2 destiné, en priorité, à la mobilité des jeunes mais aussi aux échanges poste à poste de professeurs.

 

En savoir + sur l'enseignement à travers le Monde :

Actualités